Il y a 7 ans, j’ai découvert ce mot « TWANG »

Ce mot anglophone qu’on pourrait nommer en français : «  pincement, resserrement »

Et mettre ce mot sur mes sensations de chanteuse, c’était grandiose.

C’est un outil magique dans la manière de façonner le son, et tellement confortable quand c’est bien d’oser et maîtriser.

Pourtant nous l’utilisons tous dans notre quotidien sans conscience réelle.

*Mais c’est quoi ?

« Le twang est un effet vocal qui facilite notre chant lorsqu’il est question d’aller plus haut dans notre registre vocal. Il aide à produire un son clair net et précis et sans forçage. »

*Physiologiquement, il s’agirait « d’une contraction du muscle ary-épiglottiques qui provoque un resserrement au sommet du larynx ». Ça, c’est la théorie. En pratique, le twang désigne plus un résultat acoustique et on va donc trouver autant de façons de produire ce résultat qu’il existe d’individus. 

*Sur le plan acoustique, le twang renforce certaines plages de notes, ces harmoniques qui se situent selon les voix entre 2000 et 4000 hertz. Cette plage de fréquences medium-aigu est appelée « formant du chanteur » 

En créant un formant, le twang apporte donc du volume et ce sans effort supplémentaire au niveau des cordes vocales. Oh Magie ! On peut chanter sans effort. Magie magie Lalalla !!

Le twang expliqué avec la méthode CVT

https://completevocal.institute/twang/

Le Twang comment l’utiliser ?

Il s’enseigne depuis fort longtemps, sans bien être compris. C’est, entre autres, lui qui va permettre au chanteur d’opéra de porter sa voix au-dessus de l’orchestre, sans amplification. On trouve le twang évidemment dans toutes les musiques actuelles, avec à chaque fois, des dosages différents. Il se place dans le registre grave autant qu’aigu. Voici des exemples de twang dans des styles différents :

  • Anastacia – I’m outta love 
  • Wicked – Defying gravity 
  • Sia – Chandelier
  • Rihanna – Diamonds 
  • Guns n’ Roses – Sweet child o’ mine 

Dans l’apprentissage du twang c’est en exagérant le trait que l’on va obtenir ce son dit « twangué ».

Le but est d’entendre la caractéristique de ce son, d’avoir les sensations internes et percevoir qu’elle en est la résonance Toutes ces sensations sont personnelles.

Pour le trouver, je vous invite à jouer avec votre voix. S’amuser à imiter des personnages ou animaux, rire comme « une sorcière qui a un plan maléfique », miauler comme un chat, imiter le supporter de foot sur «  Oyé oyé » etc… Beaucoup de stratégies existent pour sentir cet effet. Essayez-les, enregistrez-vous. L’essentiel est de s’amuser et de ne pas chercher à chanter « jolie ». Se laisser aller à produire des sons parfois un peu…idiots.

Voilà une première approche pour cet ingrédient fort utile. Tout est une question de dosage et d’expérimentation pour pouvoir l’utiliser à notre guise. Alors dis-moi, tu connais déjà cette astuce ou tu découvres ?

Inscription à la Newsletter

 

Les dernières news & un téléchargement gratuit en t'inscrivant !

 

Bravo ! Retrouvez votre cadeau dans votre boite mail !